chateau de Faucigny

Publié le par Cabaret

 

 

bandeau-chateau-faucigny.JPG

 

 

Les derniers vestiges lézardés et branlants du château de Faucigny se dressent au sommet d'une
colline rocheuse d'où l'on domine de plus de 250 m. de haut, toute la vallée
 de l'Arve avec, au pied, le village de Contamine-sur-Arve et, à six kilomètres au
Sud-Est, la ville de Bonneville.
Autrefois existait en ces lieux un fi'er et puissant château qui était sans conteste, le plus important de
toute la région et appartenait, d'ailleurs, à la famime de Faucigny à laquelle
 il avait donné son nom et dont il fut le berceau.

 

P1020380.JPG
"peinture du chateau sur le mur de l'ecole de Faucigny"

L'origine de cette forteresse se situe aux environs du XIeme siècle et le premier de ses occupants dont le
nom soit parvenu jusqu'à nous est Ameyrard de Faucigny. Pendant plus d'un siècle les seigneurs
de Faucigny occupèrent ce véritable nid d'aigle d'où ils pouvaient surveiller la plus grande partie de leurs
Etats et défier les plus redoutables attaques. Leur
blason était "palé d'or et de gueules" et leurs couleurs
le rouge et le jaune qui devaient rester celles de la province.

 


Image1.jpg
 


"les ruines en 1906"

Cependant vers l'an 1200 Aymon II de Faucigny abandonna cette résidence et alla s'installer au château
de Chatillon situé à proximité de Cluses, dont la position plus centrale lui permettait de mieux administrer
ses possessions. Là se croisent en effet les routes allant en direction de Taninges, Bonneville.
Samoens, Araches et Saint-Jeoire. C'est là un des épisodes de la rivalité qui opposa longtemps en
Faucigny, Bonneville capitale judiciaire, Cluses capitale administrative et Sallanches capitale religieuse.

 


ruine-faucigny.jpg
plan-faucigny-1a.jpg

Le château de Faucigny ne fut plus dès lors occupé que par une petite garnison de 100 à 150
hommes placés sous les ordres d'un sénéchal qui fut choisi dans la famille de Lucinges.
Au début du XIV siècle, les habitants du château reçurent le titre de Châtelains.
 On relève notamment parmi eux, outre le nom de la famille
de Lucinges, ceux des familles de la Fléchère, de Menthon et de Mayran.
En 1699 les Barnabites achetèrent au duc Victor-
Amédée II le vieux château qui n'était plus très solide sur ses bases et s'y installèrent. Mais· leur
séjour fut court car dès le milieu du XVllme siècle les murs de la forteresse d'antan commencèrent à
crouler et celle-ci cessa d'être habitable.
Sous la Révolution, les paysans de la région prirent l'habitude de venir y prélever des matériaux lorsqu'ils
avaient des travaux à faire de telle sorte que l'oeuvre
du temps s'en trouva accélérée. Après le· retour de la Savoie à la monarchie sarde un député, nommé
Bastian, acheta les ruines du château en même temps
que le terrain environnant. Un de ses héritiers y fit élever une grande croix que l'on y voit encore actuellement.
Si, l'on s'en rapporte aux descriptions données
par le Père Bouchagel et par Lucien Guy2 l'ancienne demeure des Sires de Faucigny devait avoir belle allure.
Après avoir franchi sur un pont-levis un ~rofond
fossé on y accédait par une porte blindée précédée d'Une herse et flanquée de deux fortes tours carrées
dont une bonne partie a subsisté jusqu'à nos jours et
est encore habitêe. Cette première enceinte entourait un vaste plateau
sur lequel se dressait le château lui-même
défendu par une seconde enceinte fortifiée entourant la maison forte servant d'habitation seigneuriale. Ce
corps de logis comportait deux tours : l'une redangulaire.



ruines-gravure1.JPG


En 1310, à la mort de Béatrix, rester entre les mains des dauphins de Vienne pendant 45 ans, pour revenir
en 1355, par le traité de Paris, dans le giron savoyard. De nombreux travaux en transformèrent profondément
la physionomie au cours du XIV siècle et en firent une fort agréable demeure.

  


ruine-faucigny2.jpg




Le 13 janvier 1406, Jean de Chalons.-Arlay, dernier héritier de Béatrix, fit don du château de Chatillon

au duc de Savoie Amédée VIll. Celui'"ci le transforma en résidence pour son châtelain local.
On prétend que le château de Chatillon fut détruit
en 1589 par les Bernois lorsqu'ils envahirent le Nord de la Savoie en réponse
 aux visées du duc Charles Emmanuel 1er sur le pays de Vaud.
Il est certain, en tous cas, qu'à partir de cette époque la vénérable forteresse cessa de jouer un rôle
actif dans la vie du Faucigny et ne fut plus qu un
amas de ruines qui s'écroulèrent petit à petit et dont
seuls subsistent de nos jours quelques pans de murs
que les éléments achèvent de ronger. Au temps de sa splendeur le château de Chatillon
devait avoir fort belle allure. il possédait, dit-on,
trois tours dont une très haute surmontait la porte principale. Un mur crénelé le défendait: De ?randes
salles constituaient les appartements selgneunaux. Il
y avait, ainsi qu'il sedoit, de vastes écuries, une prison et des souterrains profonds.
Le château de Chatillon constituait donc le type
de ces forteresses moyennageuses à la fois faites pour la lutte défensive et l'habitation mais dont le
confort était tout relatif. Des améliorations lui furent
apportées par la suite, mais en raison de son rapiq,e
abandon il ne connut pas les aménagements somp- IItlilires de répoque Renaissance et disparut après
avoir tenU dignement le rôle de gardien du Faucigny
""11~ lui avait été assigné par ses possesseurs successifs.


P1020376.JPG

 

P6220015.JPG

Commenter cet article