Routiers et Ecorcheurs

Publié le par Cabaret





bandeau-mercenaire.jpg







A partir de XIIème siècle les mercenaires sont nommés routiers
(de route en vieux français synonyme de bande) ou cotereaux
(au singulier coterel, je n'ai pas trouvé la signification exacte,
je pense à couteau mais ce n'est pas sûr).
Ce qui est sûr par contre c'est que cotereaux désigne aussi une bande de pillards.

 

 


Ils sont aussi désignés par leur région d'origine, à savoir les régions
 les plus peuplées capables de fournir de gros contingents. Nul n'étant
 prophète en son pays les mercenaires viennent souvent de loin, ainsi ils
 sont appelés Inglese (anglais) en Italie, Brabançons et Provençaux en France,
 plus tard " Suisse " désignera également sans équivoque un mercenaire.

 

 



grandson-manequin1.JPG







Que maudite soit la trêve, en 1360, le traité de Brétigny instaure une trêve
 entre France et Angleterre, aussitôt les bandes de mercenaires, alors appelées
 grandes compagnies, sont licenciées, ils vont vivre sur le pays ravageant
 le sud de la France et remontrons sur la Savoie.
On les appellera alors " Tard-venus "
parce que venus après les autres à la curée du royaume de France.

 

  
pillage15eme1.JPG
"pillage d'une ville, fin 15eme siecle"


Les Tard-venus déferont en 1362 à Brignais (près de Lyon)
Lyon finira par payer une rançon
 pour les faire partir, ils ravageront alors la Provence
 avant de trouver de nouveaux employeurs en Italie.
Le comte vert les emploiera contre les Ducs de Milan.

 


malheur-de-la-guerre2.JPG

 

Tiens puisqu'on est en Italie, parlons des Condottiere. Le terme " condottiere "
 désigne le capitaine de la compagnie,
 il signifie " adjudicataire " ou " contractant ",
 le terme " condota " désigne au départ le contrat
 signé par le capitaine puis la compagnie entière.
 Et revoilà la connotation commerciale qui revient.
 Il faut dire qu'en Italie les employeurs
 sont des cités marchandes et qu'en terme de contrat ils s'y connaissent.

 

 

 

Rien de neuf sous le soleil, la guerre reprend en France et à la guerre succède
 la paix, septante ans après les Tard-venus, une nouvelle
 paix intervient entre les frères ennemis.
 Mêmes causes, mêmes effets, les compagnies sont à nouveaux
 licenciées et à nouveaux ravagent le pays, cette fois les mercenaires
 sont appelés " écorcheurs ", terme suffisamment imagé
 pour qu'il soit inutile d'en dire plus.

 

Bataille-entre-H-C3-A9breux-et-Madianites.JPG




Voilà, cette liste est loin d'être exhaustive et si vous connaissez
 d'autres termes désignant ce beau métier, n'hésitez pas à me les communiquer.
 Le plus beau, je l'ai gardé pour la fin, " compagnie " vient de compaings
 (frères partageant le pain). Certains y voient une connotation égalitaire,
 chaque homme de la compagnie étant l'égal de ses semblables. La compagnie
 s'oppose ainsi à la lance fortement hiérarchisée. Il est vrai que les chefs
 des grandes compagnies sont élus par les mercenaires eux mêmes,
 ce qui permet de trouver à leur tête aussi bien des nobles que des
 paysans ou des moines défroqués, mais cela est une autre histoire.






P1020417.JPG






gueere12.JPG

Publié dans Histoire

Commenter cet article