Monthoux

Publié le par Cabaret

 

bandeau-vieux-monthoux.JPG





Alfred Fierro cite un texte de 1339 concernant la position-clé de Monthoux « situé
près de la ville de Genève, à la distance d'une lieue, d'où il voit toute la cité et à peine
est-il possible de sortir de Genève sans être vu dudit château.
Louis Blondel, dans son ouvrage majeur sur les châteaux de l'ancien diocèse de
Genève, écrit: « la hauteur arrondie qui s'élève au-dessus d'Annemasse, entre le Petit
Salève et les Voirons, sur la rive droite de l'Arve, formait une position remarquable qui
commandait tout le débouché dans la vallée de l'Arve et le Faucigny
 La colline de Monthoux (567 mètres d'altitude)
 domine les deux routes d'Annemasse à Bonne et à Bonneville,



eglise-vieux-monthoux-1.JPG



Une bulle du pape Innocent IV, de 1245, autorise le sire Simon de Faucigny à ériger
une chapelle dans son château de Monthoux, nouvellement construit, à entretenir
un curé et d'y faire bénir un cimetière, et charge l'archevêque de Vienne de l'application,
l'Évêque de Genève est en effet hostile à l'implantation d'un nouveau lieu de culte à
proximité de l'église de Vétraz et au démembrement de la paroisse,
 Des dîmes et des redevances
sont en jeu,



photos-vieux-monthoux-color1.JPG



Numériser0007


Le conflit perdure, puisqu'une bulle de janvier 1247 donne le pouvoir au prieur de
Saint-Jean de Genève d'investir les ecclésiastiques présentés par le seigneur de Faucigny.
Deux nouvelles bulles de février et mai 1249 sont publiées: la première exempte le chapelain
de Monthoux de la juridiction de l'évêque, la seconde, adressée au prieur de
Contamine, le charge d'interdire au curé de Vétraz de molester le prêtre de la chapelle de
Monthoux. Le château et la seigneurie de Monthoux sont la propriété d'Aimon, sire de
Faucigny, qui a fait construire le château, puis de sa fille Agnès, dame de Faucigny, épouse
de Pierre II, comte de Savoie; il revient ensuite à leur fille Béatrice, dame de Faucigny et
épouse du dauphin25, d'où son titre de « grande dauphine ", En février 1270, Philippe de
Savoie bénéficie du château, Béatrice donne Monthoux au comte de Savoie, Amédée, et
lui prête hommage pour le fief, en 1293. En 1304, le dauphin Hugues, seigneur de
Faucigny, et Amédée, comte de Genève, se prêtent défense mutuelle pour les châteaux de
Monthoux et Gaillard. Selon Louis Blondel, « Monthoux devient définitivement un fief
de la Savoie, le 16 août 1308 " ; en fait le château,
 objet des luttes féodales, change plusieurs
fois de mains et est le plus souvent détenu par les sires de Faucigny ou les dauphins
jusqu'en 1355, date de l'incorporation du Faucigny à la Savoie.
Vétraz, avec Annemasse, relève du fief de Monthoux qui appartient au comte de
Savoie depuis 1293, Beaucoup plus tard, « le comte Amédée VIII l'inféode, en novembre
1395, à Bon de la Balme; sa fille Aynarde le vend à François Russin d'Évian, en août
143L Ce dernier revend le fief à la même Aynarde, épouse de Guy de la Palud, en octobre
1444 ; leur fils Antoine cède Monthoux à Amédée de Viry, en avril 1504 .
« Par acte fait à Coppet, au château du dit lieu, le 22 avril 1532, le seigneur Michel
de Viry et dame Pauline de Vergy, sa femme, vendent à Michel Guillet, tant en son nom
que de noble Jehan Guillet, son frère, le château et mandement de Monthoux, avec ses
fidélités, cens, hommages, servis, tailles, usages, tribus, fruits, fief et direct domaine, moulins,
batteurs, cours d'eaux et autres artifices, pasqueraiges, alpages, droits et actions, et
toutes choses appartenantes et dépendantes dudit château pour le prix de 1 400 écus d'or
et 600 écus d'or pour droit de rachat et aussi les droits de racheter les dîmes qui se trouvent
près de Collonges des nobles Georges et Antoine de Livron
, Les nouveaux propriétaires
vont prendre le nom de Guillet de Monthoux,



plan-monthoux1.JPG

"plan du bourg et du chateau d'apres Louis Blondel"

Sur le plan archéologique

La fortification ou castrum comprend une enceinte entourant un bourg, un
et un château qui domine l'ensemble, Le donjon (A) est important (29 m sur 29 m)
une tour (ou « guette ») plus haute, « c'est du moins ce qui est indiqué dans le pays
du retable de Saint-Pierre de Genève; il constitue l'ultime refuge de la garnison,
L'habitation se trouve en (C). « Le bourg avait 19 feux en 1412, 14 en 1481, et 26 cn
1518 " chiffres qu'il faut multiplier par 4 ou 5 pour avoir le nombre d'habitants, En
contrebas du château, le bourg était établi le long de la rue qui mesurait 200 mètres ct
était bordée par les maisons ou chosaux,





rue-basse-monthoux.JPG

"vestiges du bourg"



ruines-rempart-monthoux6.JPG

"vestiges des rempart du chateau"




P1020628.JPG

"vestiges du donjon"

Publié dans Villes et villages

Commenter cet article