Histoire de Nangy

Publié le par Cabaret





bandeau-NANGY.JPG








Nangiens ou Nangissiens, 435 ha, 450 m.
En patois: Nandhi. En latin: Nangiacum.
Graphies anciennes: Nangiaco (1083), Nangie (1090), Nangiey (1205),
 Nangié (1275, XIVe siècle), Nangier (1344).

 

 

blason-Nangy-jpg.JPG
"armoirie actuelle du village"

 

Il semble que le nom de la commune soit un nom d'homme germanique Nantgis
 (on a également un Nangis dans le canton de l'ancienne Seine-et-Marne).
 La commune est située dans une belle plaine arrosée par le cours inférieur de l'Arve
sur la route de Genève à Chamonix et bordée au nord par la Menoge (racine Liguro-celtique
 men = cours d'eau). Depuis la construction de l'A 40, le sud de la commune est séparé
 de la plus grande partie restée au nord, mais la proximité du carrefour
 récemment aménagé de Findrol, la possibilité de rentrer et sortir su l'axe autoroutier
 sont les facteurs qui augurent bien de l'avenir de Nangy.

 

La commune est limitée au nord-est par Bonne-sur-Menoge, à l'est par Fillinges
 et Contamine-sur-Arve, au sud, près du gros hameau de Boringes
 (famille noble de Genève-Boringes, seigneur du val des Clées),
la commune de Scientrier qui développe grâce au voisinage de l'A 40 une zone économique,
 au sud par Reignier-Esery, à l'ouest par Arthaz-Pont-Notre-Dame, au nord-ouest par Cranves-Sales.

 








Centre-village-nangy-nb1.jpg
"nangy en 1900"







La commune comporte une dizaine de lieux-dits, elle a été amputée en 1972 du hameau de Loëx.
C'est autour du chef-lieu que l'on trouve l'essentiel de la population, le long de la N 205.
Des traces de présence romaine ont été trouvées à Nangy.

 

 


Près de Findrol, cachée dans un bosquet, s'élève la butte de Pierre:
c'est l'ancien château de Guy et Amédée de Nangy qui suivaient l'évêque Guy
 de Faucigny, fondateur du prieuré de Contamine-sur-Arve en 1083.
Un Trombert de Nangy accompagna le comte Aymon de Genève lorsqu'il fonda
 le prieuré de Chamonix (avant 1099). Selon les dires des moines de Chamonix,
 un des successeurs de Trombert causa le malheur de sa lignée en contestant
 les droits de ses moines ! Ces seigneurs de Nangy possédaient également des fiefs
 à Arthaz et à Alby-sur-Chéran. Les Nangy disparaissent au début du XIIIe siècle.
 Les sires de Faucigny héritent des Nangy, ainsi que les Confignon
 qui reçurent en fief Nangy et Boringe.

 

 


Le château de Pierre fut détruit à coups de canon lors des conflits de la Réforme,
 le 14 juillet 1589, par les Genevois et les Bernois. Ce château, qui n'avait pas évolué
 depuis sa création, appartenait aux Genève-Lullin qui se contentèrent de relever,
 au XVIIIe siècle, le titre de comte de Nangy; il subsiste du château quelques
 pans de ruines, autour d'un pavillon conservé, servant de belvédère.

 

 


La paroisse est citée en 1227; le curé se plaignait d'avoir dû héberger l'évêque
 et sa suite de trente cavaliers, alors qu'il ne bénéficiait que de maigres revenus.
 Elle est dédiée à Saint Vincent (patron des vignerons);
l'église dépendait alors du prieuré de Contamine-sur-Arve.

 

 


Une inscription gothique encastrée dans une fenêtre, à l'arrière de l'église,
 nous indique qu'elle fut construite en 1466 par le curé Vidal.
 Elle est assez curieuse et a été remaniée. Elle a absorbé le presbytère
 qui lui étai accolé, vers 1830. En 1605 on dénombre 30 feux, soit 150 habitants;
 ils sont 305 habitants en 1783. Le maximum est atteint en 1822 avec 600 âmes.
 En 1803, fut rattachée à Nangy l'ancienne paroisse de Loëx. Commune essentiellement rurale,
 elle voit au  cours du XIXe siècle sa population décroître
 pour ne conserver que 424 habitants en 1911.

 
La première guerre mondiale fauche 23 Nangiens, celle de 1939 - 1945 fait une victime.


Cette petite commune compte 348 habitants en 1946 et voit sa population
 stagnante jusqu'en 1968 (426 Nangiens). Le relais de l'agriculture sera pris
 dans les années quatre-vingt. Cependant, en 1988, l'exploitation de la terre concerne
 11 exploitations, dont 7 à temps complet, sur 50% du terroir (surface moyenne 25,3 ha).

 










Nangy-campagne-color2.jpg










De 1982 (674 habitants) au recensement de 1990 (773 habitants), la progression de 15%
 s'explique par la situation favorable le long de l'axe Bonneville-Annemasse.

 

 

Dépassant aujourd'hui les 800 habitants, Nangy poursuit des activités agricoles
 à travers des horticulteurs, une production de sapins,
 quelques fermes et développe des entreprises artisanales.

 

 

 

 

Source : Dictionnaire des communes de Haute-Savoie.
Michel Germain - Jean-Louis Hebrard - Gilbert Jond
Éditions Horvath
93-95 rue Vandôme - 69006 LYON

 

Publié dans Villes et villages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article