Chateau de Gaillard

Publié le par Cabaret





bandeau-gaillard.jpg








Le château de Gaillard et le bourg occupaient le rebord de la terrasse de l'Arve. Le

site était excellent car les bras de l'Arve venaient, à cette époque, beaucoup plus près de
l'abrupt de la terrasse et entouraient le promontoire que défendait le château au point le
plus accessible. Le château dominait un axe majeur de la circulation médiévale: une
route reliait Gaillard à Genève par Vallard, Thônex, Malagnou, et en amont une autre
unissait le bourg à Etrembières et à son pont ; une troisième voie, le chemin des
Belosses36, reliait Gaillard à Annemasse en empruntant le rebord de la terrasse
(aujourd'hui rue des Vignes, rue des Belosses), et en aval desservait Villette par Bas-
Vernaz et Fossard. Un autre chemin permettait de se rendre au passage sur l'Arve pour
gagner directement Etrembières par le bac.

 


« Le château de Gaillard, le plus rapproché de Genève,
 a joué un grand rôle dans
l'histoire de cette ville », selon Louis Blondel.





carte-chat-de-gaillard-nb1.JPG

"carte de L.Blondel"





Le château a été construit en 1304, par le comte de Genève, Amédée, au lieu-dit le

Crêt de Panissières et a soulevé, dès le début, les contestations du sire de Faucigny,
Hugues, qui a prétendu que la construction avait été édifiée sur ses terres. Le comte de
Genève, dont l'autorité était contestée par l'évêque même - son château de bourg du
Four était souvent menacé et parfois pris -, avait besoin d'une forteresse proche. Une
convention intervint, en octobre 1304, au château de Mornex, précisant que « le sire de
Faucigny et ses successeurs pourront se servir de ce château et y chercher refuge contre
le comte de Savoie et ses partisans. D'autre part, il y aura défense mutuelle et secours
réciproques entre les châteaux de Gaillard et de Monthoux .






klapp-genevois2-copie-1.JPG







 La forteresse, siège d'une
châtellenie, a été l'objet de durs affrontements entre les comtes de Genève, soutenus par
les Faucigny et les dauphins viennois, et les comtes de Savoie. Les comtes de Genève
résidaient très souvent dans la demeure seigneuriale de Gaillard. À l'extinction de la
maison de Genève, Amédée VIII obtint les possessions du comté de Genevois et Gaillard
revint à la Savoie.

 

 

Il ne reste pratiquement rien du château.
 À partir des comptes de la châtellenie,
Louis Blondel a pu restituer l'état initial du château.
Comme le montre le croquis de Louis Blondel, il s'agissait d'un bourg muré, ou
bourg fortifié, comme Monthoux et Bonne, protégé par le château qui était entouré de
fossés et « formait un grand quadrilatère
 avec des tours aux angles ». La grosse tour (A)
faisait face à Genève et constituait le donjon surmonté d'une échiffe de bois. Il y avait
une habitation importante et une chapelle privée. À l'intérieur de l'enceinte, on trouvait
les maisons du bourg dont plusieurs maisons nobles,
 en particulier la demeure des
Compey qui formait le bastion (C), et celle des Naz (D), sur la route d'Annemasse. 




Selon
Louis Blondel, « outre le bateau-bac inféodé aux Navi (de la Naz), il y avait un pont en
bois » en face du bourg fortifié
 en direction du village d'Etrembières. Ce pont, souvent
détruit ou emporté par l'Arve, était alors remplacé par le bac. Il ne faut pas le confondre
avec le pont situé en amont, au pied du bourg d'Annemasse, pont vital pour la circulation
et plus facilement reconstruit, notamment par l'évêque de Genève, Guillaume de
Lornay, à la fin du XIVe siècle.

 

 

Des franchises ont été accordées par les comtes aux habitants du bourg et des foires
de bétail ont été établies peu après la création de Gaillard. Humbert de la Naz a fondé une
chapelle, en 1346, qui dépendait probablement de l'église d'Annemasse. 






les-bard-de-larve-gaillard1.JPG

"les bords de l'Arve depuis Gaillard et vue sur le mont Salève"




sourçe ...... Guy Gavard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article