Hericourt 1474

Publié le par Cabaret



La bataille de Héricourt s'est déroulée le 13 novembre 1474
entre les troupes du comte Jacques de Savoie,
allié du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire,
 les Confédérés suisses et leurs alliés des villes impériales.


 
En raison de l'arrestation et de l'exécution de son frère, Pierre de Hagenbach,
 bailli de Charles le Téméraire dans les territoires du Haut-Rhin,
Étienne de Hagenbach ravage les villes qui se sont révoltées.

Les Confédérés suisses et leurs alliés (Basse Ligue,
villes autrichiennes d'Alsace et impériales de Souabe),
 de leur coté, ont conclu un accord avec le roi de France,
 Louis XI, dont le but est de briser la puissance du duc Charles, son ennemi.



"reconstitution d'un cavalier en 1474, musée du chateau de Morges"



 Siège de Héricourt  .

Dès que les ravages de Étienne de Hagenbach sur les villes
 qui leur sont alliées sont connus, les Confédérés
 déclarent la guerre au duc de Bourgogne, se mettent
en marche et le 8 novembre 1474 installent
 le siège devant la ville de Héricourt, où Étienne de Hagenbach
et ses troupes se sont réfugiés.

Le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire,
est fort occupé au siège de la Neuss et ne peut pour
 l'instant pas intervenir. Les attaquants,
 après avoir bombardé intensivement la ville,
 font une brèche dans la muraille et,
 au vu de la tournure des événements, les assiégés,
 mal approvisionnés, se rendent.
La ville de Héricourt est prise le 12 novembre 1474.



"chapel bourguignon conservé en allemagne"



Entre temps, le comte Henri de Neuchâtel-Blamont, maréchal de Bourgogne,
se porte au secours des assiégés.
 Il est épaulé par les troupes du comte Jacques de Savoie,
 comte de Romont et gouverneur de Bourgogne, en tout environ 6800 hommes.
Le comte de Romont lève aussi environ 5000 mercenaires lombards,
 qu'il presse de venir le rejoindre.

Les Confédérés repérèrent leur avancée le 13 novembre, lèvent le camp
 et attaquent. Les mercenaires italiens, fatigués par la marche forcée au travers
 des Alpes et du Jura, lâchent pieds presque aussitôt.
 Les milices de Franche-Comté
 se retrouvent donc seules devant 18 000 ennemis,
piétaille et cavaliers suisses et autrichiens.
 L'armée du comte de Romont, écrasée par
les forces en surnombre des Suisses et des Autrichiens,
 est mise en déroute. La victoire des alliés du roi de France, Louis XI est totale.





"armure gothique conservée a Leeds" 




"chapel de fer conservé en belgique"





Publié dans Batailles

Commenter cet article