Les guerres d'Ecosse

Publié le par Cabaret

 





"un chateau en écosse"








Ce furent deux décès qui mirent fin à plus de cent ans de paix entre l'Angleterre et l'Ecosse
et donnèrent suite à 250 ans de haine sanguinaire, de guerres, et de luttes de territoires.
Les rivalités et les haines éveillées à cette époque sont toujours vivaces : demandez
simplement à un écossais son opinion sur les Anglais ! Le premier décès,
 celui d'Alexandre III d'Ecosse, eut lieu en 1286. Les lords écossais désignèrent
 sa petite fille Marguerite, la Vierge de Norvège, comme nouvelle reine. En 1290,
 Edouard d'Angleterre négocia un traité de mariage entre Marguerite et son propre fils,
le futur Edouard II. Malheureusement, Marguerite mourut au cours du voyage qui
l'emmenait de Norvège en Angleterre. Elle avait huit ans, et sa mort marqua la fin de la paix
en Ecosse. Bien que le traité de mariage stipulait bien que l'Ecosse devait rester
 un pays indépendant, Edouard avait déjà établi ses propres plans d'avenir.
Il se proclama suzerain d'Ecosse et fit en sorte que les lords écossais l'acceptent
comme arbitre dans le choix d'un nouveau roi. Edouard choisit un pantin,
Jean de Bailleul qui alla même jusqu'à lui rendre hommage. Mais cela ne suffit pas à Edouard.
 Ses interventions constantes dans les affaires écossaises
finirent même par provoquer la rébellion de Jean de Bailleul.
En conséquence, une alliance avec la France fut conclue
 et Edouard décida d'envahir l'Ecosse pour réaffirmer son titre de suzerain.








Il conquit rapidement le pays, déplaça la pierre de Scone (symbole de la royauté écossaise)
 jusqu'à Westminster et fit emprisonner Jean de Bailleul dans la tour de Londres.
 Mais entre-temps un héros se dressa parmi les écossais : William Wallace
 (ou ‘Walays’, car l'orthographe médiéval était sujet à de fréquentes fluctuations)
 était le second fils d'une famille méconnue, mais il s'était forgé une réputation de guerrier rebelle rusé.
 La campagne qu'il mena en 1296 contre l'Angleterre fut un succès qui lui valut d'être proclamé
 gardien d'Ecosse au nom de Bailleul. En 1297, une armée anglaise tenta une nouvelle fois de rétablir
 l'ordre en Ecosse. La ville de Stirling, qui dominait la vallée du Forth devait être prise.
En face des Anglais se trouvait une armée de fougueux Ecossais, prêts à tout pour rétablir
 leur souveraineté sur leur propre territoire.
John de Warenne, le commandant anglais envoya un message
 aux Ecossais leur sommant de se rendre en échange d'une grâce royale. La réponse de Wallace
 fut qu'il n'y aurait pas de reddition et que Stirling Bridge serait une victoire retentissante
pour lui et les Ecossais : 'Dites à votre roi que nous ne sommes pas ici pour négocier
 la paix mais pour faire la guerre, venger et libérer notre pays. Qu'il vienne quand il veut,
 et nous serons prêts à l'affronter. William Wallace paya finalement très cher le prix
 de ses victoires. En 1305, il fut pendu, éventré et écartelé pour trahison. Les Anglais
 ne le considéraient non pas comme un guerrier se battant pour libérer son pays,
mais comme un traître, rebelle à l'autorité de son suzerain...



 





"statut de wallace"





sourçes ..... memo le site de l'Histoire

Publié dans Autres lieux

Commenter cet article