Chateau de Monnetier

Publié le par Cabaret




 

chateau10.JPG

 


ruine-castel-monetier.jpg




A Monnetier, en limite du grand Salève, il y avait un hermitage
dédié à Saint Didier (ou saint Dizier, évêque du Ve S.),
l’évêque y fait allusion lors d’une visite pastorale en 1411.
Le manoir érigé par François Prosper de Genève-Lullin en
 1567, avait inscrit pour devise " Nasci, Pati, Mori " mais
il fut brûlé par les Bernois en 1589 ; en ruines durant
 3 siècle, il reconstruit en 1855 en hôtel
de style pseudo-médiéval, qui existe encore. 



"vu sur geneve"


 

Sur le mont Gosse (628 m), il y avait le château des
 comtes de Genève, dominant la vallée, il était le siège
d’une châtellenie (circonscription territoriale
dirigée par un châtelain souvent un non noble représentant du seigneur).
" MORNEX. Vente par Guillaume, seigneur de Gex,
 en faveur du comte Amédee de Genève, du château
de Mornex, pour le prix de 25 000 sols de Genève
 (1289, 5 décembre). Institution, par le cardmal Robert
de Genève, de François d’Arenthon comme châtelain
 de Mornex (1371, 7 septembre). Idem, par Janus,
 comte de Genevois, en faveur de Jean de Genève (1479, 12 octobre). "
A la fin du XVIe siècle, il fut inféodé aux Genève-Lullin. 
En 1682, comme beaucoup d’autres châteaux, ils passèrent
 sous le contrôle du nouveau marquis de Graneri, nommé
 par le duc de Savoie, Victor-Amédée II (1666-1732). 
En-dehors de quelques pans de murs, il reste un pavillon,
construit vers 1802 par le pharmacien protestant genevois
Henri-Albert Gosse ,(1735-1816), ceci après bien des
 péripéties. A cette époque la Maison de Savoie régnait
 sur ces montagnes, et l’évêché de Turin
interdisant que cette terre devienne protestante.
Il proposa à l évêché d'échanger la momie de saint-Benoît,
 qu'il avait exhumée lors de fouilles dans une église
 désaffectée de Paris, alors qu'il y était étudiant.







Grand passionné et fervent des sciences, il organise
 des rencontres avec des hommes de sciences et grands
 naturalistes helvétiques. C'est lors de l'une d'elles,
qui eut lieu le 7 octobre 1815,réunissant plus de trente
 savant venant de toute la suisse, que fut crée 
la Société helvétique pour les sciences naturelles.
Henri-Albert Gosse ne put malheureusement pas
 profiter de la création de cette communauté scientifique
car il mourut quatre ans après sa création dont il fut l'instigateur.
La  Société helvétique pour les sciences naturelles
  existe toujours et devient en 1988 
l’Académie suisse des sciences naturelles.







Commenter cet article