Barnet 1471

Publié le par Cabaret







Les protagonistes principaux étaient le roi Édouard IV d'Angleterre
 et Richard Neville, comte de Warwick, autrefois amis et alliés
 qui s’étaient séparés à cause de la tendance d’Édouard à favoriser
 la famille de sa reine Élisabeth Woodville. En octobre de l’année précédente,
 Warwick « le faiseur de roi » avait exilé Édouard le remplaçant
 par son prédécesseur lancastrien, le roi Henri VI d'Angleterre
 sur le trône. Warwick fit ensuite l’erreur d’accepter d’aider
 le roi Louis XI de France dans son conflit avec le duc de Bourgogne.
 Cela poussa les Bourguignons à offrir une assistance
 militaire à Édouard, qui retourna en Angleterre le 14 mars 1471.





 



Les deux armées étaient de nombre égal mais Warwick comptait
 sur le soutien de son gendre George, duc de Clarence,
 qui se trouvait être le frère d’Édouard et voulait faire la paix avec ce dernier.










Édouard marcha sur Londres pendant que Warwick restait
 à Coventry où il avait levé des troupes. Ayant repris
 sa capitale Édouard se déplaça pour rencontrer Warwick à Barnet.

Du côté lancastrien John de Vere, 13e comte
 d’Oxford commandait le flanc droit, John Neville, 1er marquis
 de Montagu le centre, et Henri Holland, 3e duc d’Exeter la gauche.
Ils étaient en rang hors de la route à Barnet,
 avec le flanc gauche sur la voie. Le comte de Warwick
 était avec les réserves.
 Le total des troupes était d'environ 13 000 hommes.

Les Yorkistes, environ 10 000, étaient placés de part
 et d'autre de la route, avec Édouard commandant le centre,
 son frère Richard (plus tard roi Richard III d'Angleterre)
 sur la droite, et Guillaume Hastings sur la gauche.

 


"salade conservée en allemagne daté 1475"



Les troupes d’Oxford, aidés par leur position de flanc initiale
 firent un effet de choc au début sur la gauche des yorkistes,
 mais cela était compensé par les brumes qui rendaient
 difficiles pour les ducs de Somerset et d'Exeter de pousser
 leur avantage. Les deux armées se retrouvèrent parallèle
 à la grande route plutôt que perpendiculaire. Certaines troupes
 lancastriennes se confondirent entre elles comme étant ennemies
 (les symboles de cercle étaient presque identique avec les yorkistes)
 dans la confusion qui suivit. Comme la brume se levait
 et Warwick reconnaissant sa défaite il fut fauché alors qu’il essayait
 d’atteindre son cheval. Son jeune frère, le marquis de Montagu
 fut aussi tué probablement par les troupes
 d’Oxford quand le cri de trahison fut entendu.

Le même jour la reine Margaret débarqua à Weymouth
 et commença à rassembler des troupes du pays et des marches
 de Galles. Si elle avait pu joindre ses forces à celles
 de Warwick les choses auraient put finir très différemment.
 À l’inverse la victoire permit à Édouard de consolider
 et se préparer pour la confrontation finale contre la famille royale
 lancastrienne à la bataille de Tewkesbury.




 



mémo, le site de l'histoire ....

Publié dans Batailles

Commenter cet article