le chateau d'Albon

Publié le par Cabaret


Le château d'Albon est encore visible aujourd'hui sous la forme
 d'une tour carrée sur motte. Il était autrefois accompagné
 d'une basse-cour et d'un bourg castral protégé par une enceinte
 qui le reliait directement au château. Il est situé à l'est de
 Saint-Romain-d'Albon, sur la commune d'Albon. Il était le chef-lieu
 du mandemant d'Albon au Moyen Âge, s'étendant
 sur les communes d'Albon, d'Andancette, d'Anneyron
 et de Saint-Rambert-d'Albon. Le siège du pouvoir
s'est déplacé de Saint-Romain-d'Albon où se trouvait
un important établissement gallo-romain
vers le site perché de la Tour aux environs du Xe siècle.










Le château d'Albon fut le berceau de la puissante famille d'Albon,
 mentionnée dès l'époque carolingienne, qui prit le titre du comte
 au XIe siècle et fut à l'origine de la constitution du Dauphiné
 comme principauté territoriale.





En 1995, on découvre un bâtiment à caractère monumental, à usage résidentiel,
 dans la basse-cour de la motte, datant du XIe siècle.
En 1996-1997 est découvert un édifice religieux, agrandi au XIIIe siècle.


 


Vers le IXe siècle, une petite chapelle existait sur ce site,
 ainsi que de grands silos servant au stockage des céréales.
 A la fin du XIe siècle, cette chapelle fut remplacée par une chapelle
 romane plus importante décorée de moulures, d'enduits peints et de vitraux.
 Le pouvoir des comtes d'Albon est très important à cet époque.
 Est alors construit un "palais" constitué de l'aula, une grande salle
 de réception avec de grandes fenêtres et la camera, quartiers privés.
 Puis, furent érigés au XIIIe siècle la motte et le donjon divisé en trois niveaux.
 La tour fut d'abord construite en bois puis en molasse
 et galets comme le palais. La chapelle castrale est reconstruite
 et un nouveau bâtiment apparaît, peut-être une grange qui sera
 abandonnée après un incendie au XIVe siècle. Finalement,
 le château fut abandonné à partir du XVIe siècle.
 Les siècles suivants, il servira de carrière à l'exception de la tour.





Commenter cet article