Bannockburn - 1314

Publié le par Cabaret

En 1290 Edouard I d’Angleterre se proclama suzerain de l’Ecosse
, au grand mécontentement des Ecossais. Durant toute leur vie, Edouard et ses troupes durent faire face à la résistance des Ecossais sur leur sol. L’Ecosse fut occupée, mais jamais pacifiée.
En 1306 un nouveau prétendant au trône écossais, Robert Bruce, fit son apparition et défia à nouveau les Anglais. Il assassina un rival, prit possession de la couronne et s’attaqua ensuite au problème des garnisons anglaises dans toute l’Ecosse. Ses premières campagnes échouèrent et il dut presque s’exiler, mais la mort d’Edouard I fut une véritable aubaine. Le nouveau roi d’Angleterre, Edouard II, n’avait aucune aptitude militaire ni politique et était encore moins un génie !








En 1313 les troupes de Robert Bruce s’emparèrent de Perth et en 1314 Edimbourgh tomba. Mais la confrontation eut réellement lieu à Bannockburn, lorsque Edouard II et son armée lancèrent une offensive pour lever le siège de Stirling. Les forces de Robert avaient encerclé la garnison anglaise dans la ville et leur avait coupé les vivres pour les affamer. Robert Bruce décida de ne pas laisser passer Edouard et d’attaquer même si ses hommes étaient moins nombreux et que les Anglais disposaient d'unités montées.

 Ses troupes armées de piques lui donnèrent l’avantage, tout comme le terrain qu’il choisit. Edouard II permit également à Robert de vaincre en fuyant et en semant la panique dans sa propre armée. La défaite des Anglais fut totale et Edouard n’eut plus jamais la possibilité de reprendre le contrôle de l’Ecosse des mains de Robert. Grâce à la bataille de Bannockburn, les armées anglaises tirèrent des leçons des Ecossais et changèrent leur façon de mener la guerre. Ce fut la dernière fois que les Anglais firent combattre une armée composée principalement de chevaliers montés. Dès lors, ils descendirent de leur monture ce qui leur apporta bon nombre de victoires contre les Français dans les guerres qui suivirent. La paix ne survint qu’après la mort horrible et douloureuse d’Edouard II ordonnée par sa femme, Isabelle de France et son amant, Roger Mortimer. Les nouveaux dirigeants de l’Angleterre et Robert signèrent le traité de Northampton en 1328 qui entérina l’indépendance de l’Ecosse, une récompense obtenue à Bannockburn et qui allait durer 400

Anglois 1315-1330

Publié dans Batailles

Commenter cet article