La cotte de Maille

Publié le par Cabaret

 

Petit historique de la cotte de maille

 

 

 

 

 

"guerrier hussite du debut du 15eme siecle"



L’origine de la cotte de mailles est très ancienne,
 elle aurait été inventée par les celtes et très largement
 utilisée par les légions romaines.

 

Au moyen age, lorsqu’on évoque l’équipement de combat du chevalier,
 on parle invariablement de cotte de mailles. En fait,
ce terme ne désigne rien de précis,
 une cotte de mailles complète était composée de plusieurs éléments
 qui pouvaient être portés ensembles ou séparément.

 

L'élément le plus répandu était le haubert, au XIIème siècle,
 il était porté trés long,
 comme une tunique avec des manches longues terminées par des gants,
 il descendait presque aux mollets. Il protégeait ainsi parfaitement les jambes,
il était ouvert devant et derrière afin de faciliter les mouvements du chevalier
 et surtout pour lui permettre de monter à cheval. Ce haubert comportait
 un capuchon qui permettait de couvrir et de protéger la tête.
 Ce vêtement a connu son plus grand développement
au moment des croisades. Progressivement,
 le haubert va se modifier et se raccourcir.



  

"fabrication du fil de fer a la forge"

 

 


Au XIIIème siècle, il arrivait au niveau des genoux,
 les jambes étaient alors protégées par une sorte de pantalon de mailles,
 totalement indépendant du haubert et appelé les chausses, En parallèle,
 le capuchon disparaît, il est remplacé par une cagoule de mailles appelée
 camail ou par une protection plus simple dénommée cervelière. Le plus souvent,
les gants de protection des mains sont désolidarisés
 des manches et portés séparément,
 on les appelle les mitons.

 

On voit ensuite apparaître une variante du haubert,
le haubergeon, cette protection plus légère et moins onéreuse que le haubert.
 Il descend à mi-cuisses et les manches s’arrêtent au niveau des coudes.

 

 

 

 



"Haubergon conservé au musée de l'armée à Paris"

 

 

 



Au XVème siècle, la cotte de mailles disparaît pour laisser
 place à l’armure constituée de plaques de métal, l’armure de plates.

 

Sous la cotte de mailles, l’homme d’armes porte
 un genre de grosse veste rembourrée,
 le gambisson, qui permet d’amortir les chocs,
 car la cotte de mailles ne protége que de l’effet tranchant des armes.
Sur la cotte de mailles, il porte une cotte d’arme, large tunique de tissu ou de cuir,
 souvent décorée des armoiries du combattant, cette cotte d’armes
 sert surtout à protéger les mailles de métal de l’échauffement provoqué par le soleil.

 

Les cottes de mailles étaient constituées de plusieurs milliers
 d’anneaux de fer assemblés les uns aux autres suivant des techniques différentes.
 Les armuriers de l'époque, les haubergiers, rivalisaient d’adresse
 et de patience pour effectuer des assemblages dit ‘’ 4 en 1 ‘’
(4 mailles assemblées dans 1, cette méthode était la plus classique),
 mais aussi du 6 en 1, du 8 en 1, voire plus, et cela avec des mailles
 de diamètre pouvant varier de 12, 10, 8, 6, voire 5 millimètres.
 Ces mailles étaient fermées par aboutage, par soudure ou par rivetage.

    

 

 

 

 

"Maille ronde rivetée"




 

 

 "maille rivetée plate"

Publié dans Armes et Armures

Commenter cet article