Baugé 1421

Publié le par Cabaret

 

 

 

Le 30 mai 1420, le traité de Troyes
 déshérite pour ses "horribles crimes" le dauphin Charles VII,
 toutefois ce traité n'eut jamais cours que dans les régions
 occupées par le roi d'Angleterre et le duc de Bourgogne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 1er décembre 1420, Henri V fait une entrée triomphale dans Paris,
 en compagnie du duc de Bourgogne et de Charles VI. Il réunit le 6 décembre les États
 qui approuvent le traité de Troyes et fait bannir le dauphin
 par arrêt du parlement (3 janvier 1421).
 Plus rien ne s’oppose à l’alliance des deux royaumes.

 

Le roi d'Angleterre prit le chemin du retour auprès de ses sujets anglais laissant
 derrière lui son jeune frère, le duc de Clarence, à la tête de l'armée d'occupation
 avec pour mission de récupérer les territoires
 encore occupés par les Armagnacs et le dauphin déshérité.

 

De son côté le dauphin Charles VII scelle une alliance avec les Écossais,
 il obtient des renforts importants et les emploie à tenter de reconquérir son royaume.

 

 

 

"baçinets  1420"


Déroulement de la bataille


Le 21 mars 1421, en cette veille de Pâques, l'armée anglaise, menée par le duc de Clarence,
 forte de 3000 hommes se repose près de la ville de Baugé ; après avoir échoué devant Angers
 elle se dirige vers Tours en suivant l'antique voie romaine. Ses forces sont en partie dispersées,
 les archers se sont ainsi éloignés pour piller les alentours.

 

Un chevalier écossais est capturé et amené au duc de Clarence
 qui apprend ainsi qu’une force de 5000 Franco-Écossais se trouve non loin de là.
 Environ une heure avant le coucher du soleil,
 il décide de profiter de l’effet de surprise et d’attaquer avec sa seule cavalerie
 sans attendre le reste de son armée, principalement les archers.

 

Ces troupes se composent seulement de 1500 hommes et se retrouvent opposés aux 5000 hommes
 de l’armée franco-écossaise. Celle-ci est menée,
 pour les Écossais par John Stuart (1380-1424),
 comte de Buchan, et pour les Français par, le chambellan du dauphin,
 le marquis Motier de Lafayette.


Le premier affrontement se fait sur le pont au-dessous de Vieil-Baugé,

 celui-ci est solidement défendu par Jean de Fontaine ou Guérin de la Fontaine, capitaine du Mans,
 ce qui oblige le duc de Clarence à faire demi-tour et de tenter de déborder l’ennemi par la vallée.
 Trop impulsif, le duc de Clarence lance son attaque
 sur les troupes franco-ecossaises massées sur les hauteurs.

 

Cette attaque, qui ressemble à celle de la chevalerie française à Azincourt,
 est un échec. Le combat tourne au carnage pour les troupes anglaises,
 le duc est tué tout comme le baron de Ros et le comte de Tankerville, les comtes de Somerset
 de Huntingdon capturés. Les Anglais ont perdu 1 000 hommes et 500 sont faits prisonniers.


 Les pertes franco-écossaises sont elles minimes.


Dans la nuît, le comte de Salisbury effectue la retraite vers la Normandie avec le reste de l’armée.

 

 


Bilan

Les conséquences de cette bataille sont de deux ordres, elle redonne d’abord espoir au Dauphin,
 elle amène également Jean V, le duc de Bretagne à se rapprocher du Dauphin.
 Celui-ci peut alors prendre Le Mans,
faire le siège d’Alençon et avancer vers Chartres où il est stoppé par les Anglais.

 


Anecdote

Certains historiens affirment que c'est lors de la bataille de Baugé,
 à laquelle les Écossais sont venus participer, en opposition à l'ennemi anglais,
 qu'ils ont découvert la chôle. Ce jeu de balle serait l’ancêtre du golf.

 

 

 

sourçe, "la guerre de cent ans" Jean Favier

Publié dans Batailles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article