Bouvines 1214

Publié le par Cabaret

 

 

  

La bataille de Bouvines eut lieu le dimanche 27 juillet 1214. Elle opposa les troupes royales françaises
 de Philippe Auguste, renforcées par les milices communales soutenues par Frédéric II de Hohenstaufen,
 rival d'Othon IV pour la couronne impériale aux troupes coalisées d'Othon IV
 et les comtes de Flandre, Ferrand - fils cadet du roi de Portugal - et de Boulogne,
 Renaud de Dammartin et le comte de Frise Guillaume Ier, dit le Velu.

"Philippe Auguste"

Les coalisés étaient principalement financés par l'Angleterre. Pourtant,
 le roi d'Angleterre Jean sans Terre était absent lors la bataille.
 Il avait été mis en déroute à la bataille de la Roche-aux-Moines près d'Angers
 le 2 juillet 1214 par le prince Louis, fils du roi de France.

 

Les forces en présence lors de la bataille suscitent des controverses,
 aujourd'hui encore. L'historiographie française classique fait souvent référence
 à des troupes coalisées trois fois plus nombreuses que celles du roi de France.
 Philippe Contamine n'est pas de cet avis :
 "En face, ses adversaires n'avaient pas une supériorité numérique évidente".

 

"enluminure du XIIeme siecle representant une bataille"

   

En revanche, le déroulement de la bataille est mieux documenté.
 Il est vrai que cette bataille marque un tournant important dans l'histoire militaire
 avec une véritable bataille frontale et plus seulement des escarmouches,
 comme c'était le cas jusque là. Les deux armées sont rangées en bataille de trois corps chacune.
 Ainsi, Philippe Auguste déploya ses forces sur une longueur d'environ trois kilomètres,
 ce qui est tout à fait considérable pour l'époque. Il avait une aile droite,
 une aile gauche et un centre. Au centre de l'armée française, le roi,
 entouré de ses chevaliers d'élite, Guillaume des Barres, Barthélemy de Roye,
 Gérard la Truie, Guillaume de Garlande, Enguerrand de Coucy et Gautier de Nemours.
 La bataille dura cinq heures et se tint un dimanche, malgré l'interdit religieux de la Paix de Dieu.
 Ce sont les coalisés qui avaient choisi d'enfreindre cette loi de la guerre.

   Le roi et l'empereur combattirent et furent mis en danger d'être tués.
 Les Français sortent finalement vainqueurs de cette rencontre dont les circonstances préfigurent
 celles de la bataille de Courtrai de 1302. On estime que les Français ont moins de 1000 tués
 tandis que les coalisés ont plus de 1000 tués et environ 9000 prisonniers.  

 

Selon Jean Favier, Bouvines est "l'une des batailles décisives
 et symboliques de l'histoire de France". Pour Philippe Contamine,
 "la bataille de Bouvines eut à la fois d'importantes conséquences
 et un grand retentissement". Othon s'enfuit et perd sa couronne ;
 le Saint Empire romain germanique éclate en morceau. Ferrand de Portugal
 passa quinze ans en prison au Louvre. Dépossédé de la Normandie,
 du Maine, de l'Anjou de la Touraine et de la Bretagne depuis 1206,
 Jean Sans Terre cesse les hostilités contre la France, et regagne l'Angleterre.
 Pour sauver sa couronne, Jean sans Terre est contraint d'accorder à ses barons
 la Grande Charte (1215). Du côté français, la dynastie capétienne sort
 renforcée tandis que les récentes acquisitions de Philippe Auguste
 sur Jean sans Terre sont consolidées. Contrairement à Jean sans Terre,
 Philippe Auguste est désormais l'arbitre incontesté au-dessus de ses barons.
 Le retour de Philippe Auguste à Paris est triomphal ;
 ces festivités seront exploitées par la monarchie pour en faire,
 non sans abus, l'une des premières manifestations de l'unité nationale.
 Après Bouvines, la paix dure en France jusqu'en 1337 ; C'est la "grande paix du XIIIe siècle".  

Au lendemain de cette bataille Philippe Auguste fonda l'abbaye de la Victoire - qui
sera intégrée au domaine de l'évêque de Senlis en 1486.

    



chevalier-1220--1.JPG 
"équipement chevalerie du debut du 13eme siecle"

source;Horace Vernet : La bataille de Bouvines

Publié dans Batailles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article