Nancy 1477

Publié le par Cabaret

 

 

 

 

Charles le Téméraire, Grand Duc d'Occident, régnait sur la Bourgogne, le Luxembourg,
les Pays Bas et la Franche Comté.
 Il rêvait de réunir ses possessions en annexant la Lorraine du jeune René II,
 pour former une nouvelle Lotharingie située entre France et Empire.


En 1473 René laissa à Charles une liberté de passage et des places fortes en Lorraine.
 René profita de l'absence de Charles, retenu à Neuss en Allemagne,
 pour dénoncer l'alliance bourguignonne,
 reprendre les places fortes, s'allier aux français et aux suisses.
 Charles réagit en occupant méthodiquement
 l'ensemble de la Lorraine sans rencontrer de grandes résistances.

 

  

"tapisserie representant les armoiries de Charles le Téméraire"

 


 
En octobre 1476 Charles le téméraire assièga Nancy, Mal préparés pour soutenir un siège
 ( peu ou pas de provisions avaient été engrangées dans la ville) ,
 les nancéiéns souffrirent de la faim ;
 les vivres se faisaient rares, on mangeait les souris et les rats. Et pourtant ,
 on feignit de vivre dans l'abondance . pour donner le change aux Bourguignons.
Enfin le 4 janvier on entendit, du côté de Jarville,
un cliquetis d'armes et le son des trompettes.
 C'était René qui arrivait avec une armée de 20 000 hommes,
 des capitaines Lorrains mais aussi des Suisses qui,
 avec leurs terribles piques de 5m de long, avaient déjà infligé
 une sévère défaite aux Bourguignons en 1476 à Morat.  
Charles le Téméraire se trouva pris entre la ville et les troupes du duc de Lorraine,

 

 

"demi-armure 1475"

 

 il se défendit avec un courage héroique. Le choc fut terrible.
 René prit d'habiles dispositions ;
 au lieu de tomber directement sur l'ennemi, il fit, pour le cerner,
 un mouvement tournant vers l' Ouest.
 La manoeuvre réussit.
 L'armée bourguignonne fut à moitié détruite  

 

  

 

"homme d'arme 1470"

 

 


 
Dès lors, ce fût la fuite : les uns filant le gué de Tomblaine, les autres par Saurupt.
 le Vieil-Aitre. Champigneulles Et ceux qui ne furent pas tués
 en chemin (les Nancéiens déchainés
 avaient fait une sortie incendiaire jusqu'au camp bourguignon )
 se retrouvèrent au point de passage obligé,
 le pont de Bouxières aux Dames où les attendait Campo Basso.

 

Ce dernier avait trahi Charles le téméraire quand il vit
 que la cause Bourguignogne était perdue;
 lui et les siens firent un carnage à l'arme blanche et par noyade
 dans la Meurthe couverte de glace !
 Six cents, peut-être mille morts portaient la croix de Saint André en ce seul endroit.
   




archers-miniature-xveme7.JPG 

" Archer deuxieme partie 15eme "






Le duc René, victorieux, est rentré dans Nancy par la porte
 de la Craffe à cinq heures de l'après midi.
  Une formidable ovation accueillit le libérateur qui s'empressa de reconduire
 ses alliés chargés de butin jusqu'à Lunéville .
L'avenir du duché était assuré pour trois siècles.
 Mais qui a vraiment profité de la victoire de Nancy ?
 La rumeur rapporte qu'à Tours, le roi Louis XI,
 apprenant la nouvelle, s'est agenouillé à son prie-Dieu
 et a remercié avec allégresse le Seigneur. Pour la France...
  
.
 

 

 


"archers bourguignons"

Publié dans Batailles

Commenter cet article