Le Chateau de Chambéry

Publié le par Cabaret




Le château 
des comtes et ducs de Savoie




 

 


 

 






Du XIème au XVème siècle
En 1232, le comte Thomas 1er de Savoie aquiert, du vicomte Berlion, seigneur de Chambéry, une partie du bourg. Puis, en 1295, Amédée V, comte de Savoie, se rend acquéreur du château de Chambéry. Il est encore aujourd'hui difficile de connaître l'emplacement de la Poype, le premier édifice castral (milieu du15ème siècle), isolé sur la butte de Montjay par un bras de l'Albane. Dès la fin du XIIIè siècle, des travaux considérables sont entrepris comprennant la surélévation de la butte fortifiée, la construction des bâtiments de la porterie et, au cours des 14ème et 15ème siècles, ceux situés autour de l'actuelle cour d'honneur. Des tours défensives sont édifiés : la Tour Trésorerie (14ème-15ème siècles), la Tour demi-ronde (1398) et la Tour du Carrefour ou des archives (1439) .




 

 

 

 






En , le comte Thomas 1er de Savoie aquiert, du vicomte Berlion, seigneur de Chambéry, une partie du bourg. Puis, en , Amédée V, comte de Savoie, se rend acquéreur du château de Chambéry. Il est encore aujourd'hui difficile de connaître l'emplacement de la , le premier édifice castral (milieu du15ème siècle), isolé sur la butte de Montjay par un bras de l'Albane. Dès la fin du XIIIè siècle, des travaux considérables sont entrepris comprennant la surélévation de la butte fortifiée, la construction des bâtiments de la porterie et, au cours des 14ème et 15ème siècles, ceux situés autour de l'actuelle cour d'honneur. Des tours défensives sont édifiés : la Tour Trésorerie (14ème-15ème siècles), la Tour demi-ronde () et la Tour du Carrefour ou des archives () .

En 1408, le comte Amédée VIII, futur premier duc de Savoie, décide d'ériger une chapelle qui, de 1502, abrite le Saint- Suaire et prend alors le nom de Sainte-Chapelle , mais en 1532, un incendie l'endommage gravement et détruit une partie du Vieux Pavillon

Le château reçoit la cour itinérante du prince : "l'Hôtel de Savoie". Tout en gardant un rôle de forteresse, il devient le siège del'administration (Trésor des chartes, Conseil résident, Chambre des comptes).



chambery122-copie-1.jpg




 
Résidence royale
 et administration

 Du XVIème au XXIIIème siècle
Après le transfert de la capitale des Etats de Savoie, de Chambéry à Turin (1563), le château demeure une résidence ducale et un siège administratif : Chambre des comptes, Gouvernement de Savoie, Intendance général .

Au début du 17ème siècle, le gouverneur Don Félix de Savoie, fait aménager le Pavillon à l'emplacement du jardin jouxtant la Tour Trésorerie et le grand parterre ; puis la duchesse Christine de France fait reconstruire la façade de la Sainte-Chapelle par l'achitecte A.di Castellamonte (1641).

Mais le château va être marqué par deux incendies au 18ème siècle. Sous l'occupation espagnole, en 1943, le feu cause la perte d'une partie des Appartements royaux

Si des projets de reconstruction sont envisagés, ils n'aboutissent pas faute de moyens. Il faut attendre 1775 et le mariage du futur roi Charles-Ammanuel IV avec la soeur de Louis XVI pour que des travaux

 

engagés (prolongation du château vers le Pavillon et édification d'un monumental escalier, par l'architecte Piacenza).

En 1786, une nouvelle Aile royale est édifiée, mais elle est endommagée en 1789 par un mystérieux incendie qui fait disparaître le Pavillon. A la fin du 18ème siècle, il ne subsiste du "château national" (1792) que l'Aile royale , la Tour demi-ronde, isolée, en face de la sainte-Chapelle et du bâtiment médieval.

Un monument historique, siège de la Préfecture et du Conseil général

Du XIXème au XXIème siècle
A partir de 1800, les premiers préfets engagent des travaux de restauration. En 1802, le château est affecté à la Préfecture et au Conseil général du Département du Mont Blanc.

A partir de , les premiers préfets engagent des travaux de restauration. En , le château est affecté à la Préfecture et au Conseil général du Département du Mont Blanc.

Napoléon 1er, de passage à Chambéry en 1805, commande deux projets de reconstruction. Celui qu'il choisit transforme l'Aile royale en Appartement impérial. En 1820, lors de la Restauration sarde, le roi Charles-Félix fait rénover la Sainte-Chapelle. le roi Charles-Albert la fait décorer de peintures en trompe l'oeil, par le piémontais C.Vicario (1836).

En 1944, le roi met à la disposition de la Société d'histoire naturelle de la Savoie une partie des jardins du château et la maison du jardinier (actuel Muséum). Le roi Victor-Emmanuel II poursuit la reconstruction du corps de logis central.

Lors de l'Annexion à la France, en 1860, le château, "concédé gratuitement et en toute propriété au département de la Savoie", est un vaste chantier, confié par Napoléon III aux architectes Dénarié et Duban. Une nouvelle aile est édifiée et la Tour demi-ronde est pourvue d'un escalier monumental .





 

 




chambery7

 

Classé Monument historique en 1881, le château fait l'objet de restaurations dès la fin du 19ème siècle.

A partir de 1890, il est affecté aux seuls services de la Préfecture et du Conseil général, mais l'Académie de Savoie y maintient son siège.

En 1897, un nouvel incendie ravage les combles et le dernier étage de l'aile orientale. Aujourd'hui le vestibule, les Salons d'honneur et la salle à manger ont été restaurés sous l'autorité des Monuments historiques. Huisseries et gypseries du premier Empire ont été remises en valeur dans le salon jaune, s'accordant avec le mobilier estampillé Pothier et Jacob du 18ème siècle.

 





vielle-ville-de-chamb--1.JPG




 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article