Le siege de la Perriere - 1333

Publié le par Cabaret

 

 

La mort d’un chevalier

           
   

 

 

  

 

 

 

 

L'ardeur au combat de Guigues VIII lui sera fatale lors du siège du château savoyard de la Perrière. La Chronique de Savoie relate en détail cet épisode qui fait immanquablement penser à la mort de Richard Coeur de Lion devant le château de Chalus : Des nobles Dauphinois avaient demandé à Guigues VIII l'autorisation de s'emparer du château de La Perrière qui était mal défendu. Ce château, situé au col de la Placette sur le territoire de la commune de Saint Julien de Ratz près de Voreppe commandait le passage vers St Laurent du Pont et les possessions savoyardes. Le Dauphin donna son accord et leur prêta même ses propres échelles de corde et de bois, preuve que les armes de siège comme les trébuchets ou les catapultes étaient très peu employées à cette époque. La permission obtenue, les barons et nobles du Dauphiné réunirent une importante compagnie de gens d'armes et de piétons et chevauchèrent pendant la nuit jusqu'à un bois situé près du château de la Perrière. Là, ils laissèrent leurs chevaux et s'en allèrent en silence jusqu'aux murs de la forteresse contre lesquels ils dressèrent leurs échelles. Mais alors les chevaux se détachèrent et firent tant de bruit que les gardes se réveillèrent et commencèrent à crier "Trahis, trahis !". Entendant le bruit, les défenseurs accoururent et firent pleuvoir pierres et cailloux de telle sorte que les assaillants échouèrent dans leur tentative. A l'aube et après avoir ramassé les tronçons de leurs échelles, les Dauphinois tinrent conseil et décidèrent de demeurer sur place jusqu'à ce que la forteresse soit prise.



 

    "monnaie sous Guigues VIII"




Des renforts en gens d'armes et arbalétriers étaient demandés au Dauphin et le camp établi devant la Perrière. Le Dauphin s'engage à les rejoindre personnellement sous 4 jours, après avoir levé son armée dans toute la province. En arrivant devant la place, il demande immédiatement si la place est prenable d'assaut. « Nous ne savons pas, répondirent ses gens.- Comment, s'étonna le Dauphin, vous n'y avez pas encore réfléchi ? » Les nobles lui demandent de rester en arrière pendant qu'ils vont en éclaireur mais le Dauphin refuse et, le bassinet en tête et la hâche à la main, il accompagne le seigneur de Valbonnais et le Sire de Clermont jusque sur les bords du fossé. Mais tandis qu'il inspectait le château, un vireton d'arbalète atteignit le Dauphin, le transperça et il tomba à terre. Il est emmené sous sa tente où il meurt.



Les Dauphinois décident alors de ne pas lever le siège avant d'avoir pris et rasé le château. 2 jours après, un vigoureux assaut permit de s'emparer de la basse-cour, obligeant les défenseurs à se retrancher dans la grosse tour. Le lendemain, les Dauphinois amènent à son pied diverses machines de guerre, telles que manteaux, pavois et grosses poutres ; ainsi protégés, ils percèrent un trou de mine, ce qui leur permit de pénétrer à l'intérieur et de contraindre leurs adversaires à se réfugier à l'étage supérieur. Puis rassemblant des monceaux de paille et de fascines, ils y mirent le feu qui, en brûlant, détruisit les 3 premiers étages. Mais le quatrième où s'était réfugié la garnison demeura intact et les pierres continuaient de pleuvoir sur les assaillants. Le seul moyen étant de faire écrouler la tour, les Dauphinois revinrent le lendemain pour y placer de nouvelles mines. Comprenant que toute résistance est vaine, les défenseurs demandent à se rendre moyennant la vie sauve, ce que les vainqueurs acceptent car ils s'étaient bien battus. Les 130 survivants descendirent l'un après l'autre le long d'une corde mais en arrivant au sol, et malgré les efforts des nobles, ils furent tués par les communiers qui voulaient venger la mort de leur seigneur. Puis on mit le feu au château et on le démolit entièrement pour qu'il n'en reste pas pierre sur pierre.











Untitled19.jpg"trebuchet du 14eme siecle"





Lantelme de Granges est à cette époque le châtelain de Voreppe. Il a sans doute fait partie de ces nobles dauphinois qui ont entrainé Guigues VIII dans cette funeste aventure. Il est témoin d’actes passés pendant le siège sous la tente d’Aymar de Poitiers. Robert Terrail, ancêtre de Bayard a également participé au siège.




            Sourçes  ....... assos " L'Attelier des Dauphins "

 

 "representation de l'equipement militaire de 1330 representer sur le sceau du dauphin"

        

Publié dans Batailles

Commenter cet article