La Haute-Maurienne

Publié le par Cabaret

Un Moyen Age chaotique

 

 

 

A la fin du Vème siècle, l'Empire romain sombre sous les attaques Barbares. Les Burgondes puis les Goths s'emparent des Alpes dès 493, ils sont supplantés par les Francs qui voudraient s'installer dans l'Italie du Nord. Le chef mérovingien, Gontran repousse les Lombards dans la basse vallée de Suse au delà des moraines glaciaires qui barrent la vallée de la Doire Ripaire (Les Cluses lombardes) en 574. C'est à cette époque que Gontran fonde aussi l'évêché de Saint-Jean-de-Maurienne, un évêché qui peine à établir son influence sur la haute Maurienne rattachée historiquement à l'évêché de Turin.

En 726, un seigneur franc ABBON fonde sur le versant piémontais du Mont Cenis le monastère bénédictin de la Novalaise pour mieux contrôler les passages alpins. Dès 825, l'empereur Lothaire permet à Louis le Débonnaire de créer un hospice en bordure du lac du Mont Cenis. Bientôt vers 906/921, les Sarrasins lancent des razzias sur les Alpes depuis leur base de Fréjus : l'abbaye de la Novalaise est ravagée, la Maurienne occupée. Ruines, désordres et famines se succèdent pendant tout le Xème siècle jusqu'à l'apparition d'un ordre social nouveau, la féodalité qui se met en place au XIème siècle avec l'irrésistible ascension des comtes de Maurienne à l'origine de la Maison de Savoie. Le baillage de Maurienne s'étendait d'Epierre à Lanslebourg car les villages du haut de la vallée restaient attachés à l'autorité de l'Abbé du monastère de Saint-Michel-de-la-Cluse qui domine l'accès de la vallée de Suse jusqu'en 1528. Le pouvoir de la Maison de Savoie doit être aussi partagé avec celui des marquis de la Chambre qui s'exerce sur les villages d'Avrieux et de Bramans. Que le pouvoir soit civil (seigneurs) ou religieux (évêques ou abbés), les relations avec les communautés montagnardes paraissent bien difficiles.

D12 : Eglise d'Avrieux, la Vierge et l'enfantDans ces territoires à la limite de l'occupation humaine, les montagnards s'administrent eux-mêmes et ils exploitent eux-mêmes les ressources (alpages et forêts). Dans ces conditions, les droits féodaux sont souvent contestés par les communes dans d'interminables procès.

D3 : Lanslevillard , les fresques de la chapelle Saint-SébastienLa foi chrétienne est très vive dans ces communautés, les paroisses très puissantes se soucient de l'éducation et dans chaque village s'ouvrent des écoles de Toussaint à Pâques. On y enseigne le français, l'écriture, le calcul, le latin et le chant. Des lectures "pratiques" permettent de déchiffrer les contrats et les actes juridiques. La présence de ces écoles précoces explique le goût artistique, le goût du théâtre (toute la population joue les fameux "mystères"), le sens de la décoration et la perfection des chorales. La paroisse gère également la solidarité entre les individus par le biais de multiples confréries du Saint Esprit, du Rosaire, du Saint Sacrement dont les fonds se transforment en aumônes pour soulager les pauvres, réparer le four ou la fontaine du village. La haute Maurienne devient une terre d'art et de culture.

Publié dans Provinces de Savoie

Commenter cet article