Le Chablais

Publié le par Cabaret

 

  



bandeau-chablais-copie-1.JPG

Le Chablais a connu un peuplement relativement précoce. En effet, entre 3000-2000 avant J-C, des peuplades s'y fixèrent, sans doute venues d'asie.Si elles vivaient de la chasse, elles se livraient surtout à l'agriculture, utilisant des semences de plantes encore inconnues en Europe, graines de blé, orge, millet. L'étude des pollens a révélé qu'on cultivait la vigne, la fraise, la pomme et la poire. Des chiens gardaient les animaux domestiques.Ces tribus ont édifié au bord du lac des "palafittes" ou agglomérations lacustres : il en reste des traces à COUDREE, EXCENEVEX, NERNIER, CHENS.On a cru longtemps que ces villages étaient sur l'eau; on peut affirmer aujourd'hui qu'ils étaient construits sur la terre en bordure du lac dont le niveau s'est élevé. L'époque du "bronze récent" (-1200 à -750 ) connaît une nouvelle colonisation plus brillante, celle des Ligures , qui développent l'artisanat, l'organisation économique et sociale et innovent certaines techniques

 

 







thonon-gravures-copie-1.jpg
"Thonon au 17eme siecle"

 

Une nouvelle invasion d'hommes à tête allongée, les Celtes survient et les historiens romains nous apprennent que, six siècles avant l'ère chrétienne, notre pays était habité par les Allobroges. Vaincus par les Romains, en l'an 121 Av.JC , les Allobroges se soulevèrent soixante ans plus tard contre les conquérants , écrasés de nouveau , ils furent dés lors définitivement soumis.Les Romains apportent la civilisation gallo-romaine, c'est à dire la langue, le mode de vie et les routes. Une population plus nombreuse bénéficie de la "Pax Romana". Elle s'affaire à un défrichement plus intensif en raison d'un besoin de récoltes plus abondantes et elle exploite le bois, transporté par flottage sur le lac. 

 

 

 

    






  V
ers la fin du IV ème siècle, l'empire romain se défendait difficilement contre les invasions des barbares. En 436, les Burgondes ou Bourguignons venus de Germanie, furent défaits par les légions impériales et, pour prévenir de nouvelles dévastations , les Romains transférèrent les vaincus et leurs familles dans la Sabaudia ou Savoie, territoire compris entre le lac Léman , le Rhône et la Haute-Durance. Ceux-ci furent placés dans le pays en qualité d'hôtes et les magistrats romains firent des conventions avec eux pour le partage des terres.  
 

Les Burgondes fondèrent le royaume de Bourgogne, envahi et subjugué en 534 par les Francs conduits par les fils de Clovis.La domination franque dura jusqu'en 888. A ce moment, le gouverneur de la Bourgogne transjurane, Rodolphe, se fit proclamer roi par une assemblée de nobles et d'évêques tenue à St Maurice en valais et reconstitua le royaume de Bourgogne. Ravagé au Xème siècle par les Hongrois et les Sarrasins, cet état fût cédé en 1032 par son dernier roi à l'empereur d'Allemagne Conrad le Salique.


 

Mais bientôt l'empire s'affaiblit ; les gouverneurs des provinces se rendent indépendants et érigent en principautés les territoires confiés à leur administration. Toutefois ils demeurent vassaux de l'empereur qui réserve ses droits de suzeraineté. Dans notre région, trois de ces principautés se constituent : comté Genevois, duché du Chablais, baronnie du Faucigny, et l'évêque de Genève devient seigneur temporel de cette ville.
 
Le comté de Genevois s'étend du Tillet, petite rivière prés d'Aix les Bains jusqu'au château de Troches à Douvaine.Le duché de Chablais comprend le Chablais proprement dit avec le château d'Allinges-neuf, le pays de Gavot, soit de la Dranse à St- Gingolph, une partie du Valais et quelques châtellenies dans le pays de Vaud.Enfin les barons de Faucigny possèdent le Faucigny, le château d'Allinges-vieux, les châtellenies d'Aubonne et Versoix en Vaud et le mandement d'Hermance.
 


  
Durant plus de deux siècles, ces petits princes se livrèrent entre eux, dans un but de suprématie, des guerres acharnées au cours desquelles nos villages, placés aux confins des Etats, subirent les pires maux ( abandon du labourage , famine, maisons brûlées, vignobles dévastés, peste ).Ces luttes prirent fin en 1355. A cette date le comte de Savoie obtint par traité le mandement d'Hermance et toutes les possessions de la Maison de Faucigny. En 1401, Amédée VIII de Savoie acquit le comté de Genevois pour 45 000 livres d'or. En 1416, toutes les possessions de la Maison de Savoie furent érigées en duché, elles s'étendaient sur le pays de Gex, les bailliages de Ternier et Gaillard et une partie du pays de Vaud, c'est à dire tout autour de Genève. Cette république réduite à la ville fortifiée et à une étroite banlieue, se trouvait ainsi enserrée dans les terres des ducs de Savoie. Aussi ces princes songèrent-ils longtemps à faire de cette cité florissante la capitale de leurs Etats deça les monts. Mais les bourgeois de Genève qui jouissaient de franchises étendues défendirent leurs libertés et leur ville avec une énergie et une ténacité admirables, Cependant, si les princes de Savoie ne pouvaient se résoudre à abandonner leur dessein de réduire Genève, les Genevois ne mettaient pas moins d'acharnement à exagérer les privilèges dont ils jouissaient en Savoie, traînant leurs débiteurs savoyards devant les tribunaux genevois, à l'encontre des traités. Ces querelles et conflits durèrent trois siècles. Les luttes armées prirent fin en 1603 mais les compétitions et les incidents persistèrent jusqu'en 1754. En réalité , durant cette période, le seul vaincu, la véritable victime, fut le paysan de nos villages pressuré de réquisitions, dont le bétail était enlevé, les récoltes pillées ou ravagées, parfois même brûlées et qui voyait arriver avec une égale terreur les mercenaires de Savoie ou les bandes genevoises. 

 

"le chateau de Ripaille" a coté de Thonon

 

 

Publié dans Provinces de Savoie

Commenter cet article